les femmes et les collègues de la génération Z dans un bureau hybride
Blog
On the record
Une main-d'œuvre multigénérationnelle

Le pouvoir du rapprochement

Publié :

23 juin 2024

Mis à jour :

23 juin 2024

On dévoile les dynamique cachées du travail hybride pour les femmes et la génération Z

Le travail hybride est-il le nouveau plafond de verre pour les femmes et la génération Z ? 

Alors que le travail hybride a été célébré comme une évolution visant la flexibilité, il faut savoir regarder au-delà de la surface. Malgré sa façade progressiste, le travail hybride pourrait amplifier les inégalités existantes sur le lieu de travail, en particulier pour les femmes et la génération Z

L'influence de la proximité physique, ou de son absence, sur les trajectoires professionnelles est profonde et souvent négligée. Le travail hybride, avec son potentiel de limitation des interactions en personne, pourrait avoir un impact significatif sur cet aspect. 

Lorsque le travail hybride a fait son apparition sur la scène du travail mondial, il a offert un maximum de flexibilité pour gérer l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée tout en réduisant potentiellement les frais généraux des employeurs et en leur permettant de recruter un plus grand nombre de talents. Mais ce nouveau modèle n'est pas sans faille et, au fil du temps, certains problèmes sont apparus.

Pour certains, principalement les femmes et les jeunes travailleurs, cet environnement de travail hybride peut perpétuer les inégalités existantes

Ils manquent de visibilité, de réseautage et de mentorat informel pour l'avancement de leur carrière. Ces inconvénients mineurs mais critiques indiquent que le travail hybride pourrait être le plafond de verre pour les femmes et les employés de la génération Z. 

La dynamique de genre dans le travail hybride

Dans les domaines dominés par les hommes, la lutte pour la visibilité et la nécessité de progresser dans la carrière des femmes sont toujours délicates ; le travail hybride nécessite souvent de longues périodes d'absence du bureau, ce qui complique encore la situation. 

Une étude récente de étude McKinsey a montré que les femmes qui travaillent à domicile ont 20 % de chances en moins d'être promues que les hommes qui travaillent au bureau dans des secteurs à prédominance masculine. Cette situation s'ajoute aux lacunes en matière de visibilité et de mentorat, qui sont cruciales pour réussir dans tout environnement concurrentiel à prédominance masculine. 

Il ne s'agit pas seulement d'accomplir des tâches ; cela fait partie du flux de la vie de bureau, où des liens se créent et des informations sont partagées. Les environnements de bureau offrent de nombreuses occasions de nouer des liens informels: croiser un cadre supérieur dans le couloir, participer à une séance spontanée de remue-méninges ou se faire remarquer pour être resté en retard pour travailler sur un projet important. 

Il s'agit de moments à fort impact dans les trajectoires de carrière où la visibilité et l'opportunité de montrer ses compétences et son engagement se présentent. Lorsque les femmes ne sont pas présentes à ces moments organiques de reconnaissance et d'union, leur absence tend à confirmer les stéréotypes et les perceptions selon lesquels elles ne sont pas aussi engagées ou peut-être même pas assez capables, ce qui accentue encore l'inégalité entre les hommes et les femmes. 

Nouveaux visages : nouveaux venus et proximité 

Les pièges du travail hybride sont sexués, mais pas seulement : les employés de première année, toutes catégories confondues, ont un taux de rétention inférieur de 25 % dans les cas de travail à distance. La proximité favorise les relations et le transfert de connaissances, ce qui est essentiel pour s'acclimater à la culture d'entreprise et intérioriser les normes tacites du lieu de travail. 

Les premiers jours de travail constituent une base essentielle pour l'avenir d'un nouvel employé au sein d'une entreprise. Ils aident le nouvel arrivant à comprendre la culture organisationnelle, les valeurs et l'orientation attendue. Dans un bureau où tout le monde est physiquement présent, un nouvel employé peut apprendre tout cela en observant les autres. 

Des échanges occasionnels leur donneraient une idée de ce qui les attend dans cette entreprise, comme la participation à des activités de renforcement de l'esprit d'équipe ou l'obtention d'évaluations ou de corrections instantanées de la part du superviseur et des collègues sur le travail fourni. De telles opportunités sont importantes pour établir la confiance, les relations et le sentiment d'appartenance. 

Comme leurs homologues traditionnels, les nouveaux employés à distance auront du mal à s'adapter à leur nouvel environnement et à la culture de l'organisation. Ils risquent également de ne pas bénéficier des échanges d'informations au sein des réseaux informels, qui facilitent généralement le développement professionnel d'un individu. 

En raison de leur absence physique, ils peuvent se sentir exclus et moins valorisés, ce qui se traduit par des taux de rotation plus élevés et une satisfaction au travail mineure.

Le facteur âge : La génération Z et l'ère hybride 

La génération Z, la dernière cohorte sur le marché du travail, connaît un espace de travail hybride assez difficile. Des études récentes ont conclu que 72 % des employés de la génération Z préfèrent encore l'expérience d'un bureau en personne pour rester proches du mentorat et des opportunités de développement professionnel. 

Les jeunes employés bénéficient de manière disproportionnée de la proximité, car ils ont besoin de conseils, d'un retour d'information instantané et d'acquérir des compétences au cours de ces années de formation. Pour les nouveaux arrivants sur le marché du travail, il s'agit avant tout de pouvoir apprendre et se développer. 

L'apprentissage est plus riche grâce aux interactions en personne, qui permettent des subtilités difficiles à saisir par le biais d'interactions virtuelles. La présence physique permet aux employés novices d'observer le comportement et les mécanismes de prise de décision de leurs collègues plus expérimentés, de poser immédiatement leurs questions et d'obtenir un retour d'information instantané. 

L'apprentissage par l'expérience constitue la base des compétences et de la confiance qui permettent aux gens de progresser dans leur carrière. Le fait d'évoluer dans un environnement social au travail - se faire des amis, trouver un mentor, avoir le sentiment de faire partie d'une communauté - contribue largement à la satisfaction au travail et à l'épanouissement professionnel

Les employés de la génération Z ont grandi à une époque où la connexion numérique signifiait beaucoup de choses, mais où il leur manquait encore l'interaction personnelle que la présence physique tend à apporter. Ce modèle, cependant, prive les employés de ces opportunités au cours de leurs années de formation, ce qui peut freiner leur croissance au travail et leur carrière. 

L'interaction de l'occupation et de la proximité 

La flexibilité n'est pas le seul inconvénient pour les jeunes travailleurs ; ils sont tout aussi désavantagés lorsqu'ils travaillent à distance. 

La recherche montre que les jeunes employés souffrent davantage des effets négatifs du travail à domicile que leurs collègues plus âgés. Ce désavantage cumulé appelle des politiques ciblées pour aider les jeunes professionnels. 

Les jeunes travailleurs ne disposent généralement pas d'un réseau et d'une connaissance institutionnelle à la hauteur de leur ancienneté au sein d'une entreprise donnée. Ces faits les rendent plus susceptibles de tomber dans les pièges du travail à distance mentionnés ci-dessus. 

Un employé plus expérimenté peut déjà avoir acquis une réputation et construit un réseau qui lui permet de continuer à assurer son développement de carrière, même à distance. 

Les jeunes employés, qui sont encore en train de construire leur identité professionnelle, sont moins à même de poser des jalons et de démontrer leur valeur lorsqu'ils ne sont pas physiquement présents. Ils n'ont pas accès au mentorat et au coaching, qui ne peuvent se développer que de manière organique sur le lieu de travail. Cela retarde leur développement professionnel et réduit d'autant leur marge de manœuvre pour réussir leur carrière. 

Les psychologues du travail affirment que la présence physique des jeunes employés est essentielle. La proximité favorise le sentiment d'appartenance et permet aux jeunes travailleurs d'assimiler les nuances subtiles du comportement professionnel et de la politique du bureau, qui sont cruciales pour l'avancement de la carrière. 

Réimaginer le travail hybride 

La nécessité pour les entreprises de redéfinir les politiques de travail hybride devient évidente. 

Si les avantages du travail flexible sont indéniables, il est tout aussi important d'aborder le potentiel d'extension des inégalités. Pour créer un environnement véritablement égalitaire pour les travailleurs hybrides, les entreprises doivent délibérément envisager des opportunités structurées en personne pour le mentorat, le renforcement de l'esprit d'équipe et le développement professionnel dans les modèles de travail mixtes. Il est donc primordial que les entreprises redéfinissent leurs politiques en matière de travail hybride. 

Par exemple, les équipes peuvent organiser des journées au bureau pour collaborer, faire du brainstorming ou nouer des relations. Ces journées doivent être planifiées de manière stratégique afin de maximiser leur impact et de permettre des interactions en personne. 

Les entreprises devraient également investir dans la formation de leurs cadres afin qu'ils puissent soutenir efficacement les employés à distance sur des projets critiques et leur donner des chances égales d'avancement professionnel. 

L'entreprise peut être amenée à concevoir des programmes de mentorat qui fournissent des conseils et un soutien aux employés à distance comme à ceux qui se trouvent au bureau. 

Les évaluations des performances doivent tenir compte de la nature différente du travail à distance. Elles devraient être axées sur les résultats plutôt que sur la présence. Les organisations pourraient adopter ces meilleures pratiques afin d'utiliser le travail hybride comme modèle pour exploiter les avantages de la flexibilité avec un minimum de risques. 

La proximité - un catalyseur silencieux pour l'égalité 

Le travail hybride ne doit pas devenir un nouveau plafond de verre pour les femmes et les employés de la génération Z. Il s'agit plutôt d'un modèle qui devrait combiner le meilleur des deux mondes : la flexibilité du travail à distance et la possibilité de développer sa carrière lorsqu'on est en poste.

En recherchant la flexibilité, n'oublions pas que la proximité est un catalyseur tacite de l'égalité et de la croissance. Ne construisons pas de nouvelles barrières au nom de l'élimination des anciennes. 

Repenser, redéfinir et renouveler les politiques de travail hybride peut contribuer à garantir que ces entreprises offrent un environnement inclusif où chacun, quel que soit son sexe ou son âge, est considéré comme une chance de réussite. Il ne s'agit pas seulement de savoir ce qui est juste ou non ; il s'agit aussi de réaliser le potentiel d'une main-d'œuvre diversifiée pour stimuler l'innovation et la réussite sur le lieu de travail moderne.

Ceux qui parviendront à traduire ces idéaux en une réalité d'équité au sein du modèle de travail hybride se retrouveront à la pointe de l'amélioration de la satisfaction et de la fidélisation des employés et émergeront en tant que leaders dans ce nouveau monde du travail. 

Le pouvoir du rapprochement

Graziella Moschella

Graziella est une professionnelle chevronnée du marketing de contenu, passionnée par la narration et les nouveaux médias. Elle écrit sur l'EDI, les femmes dans la technologie et les modèles de travail flexibles. Lorsqu'elle n'écrit pas sur le travail hybride, vous la trouverez en train de lire ou de tricoter quelque chose de coloré (que personne ne portera jamais).

En savoir plus